Débit des rivière et sports d'eau vive

Les risques liés au débit dans les sports d’eau vive

Notre liberté à pratiquer des sports d’eau vive doit nous amener, dès que possible, à connaître les risques liés au débit, dangers inhérents au milieu. Estimer le débit d’un cours d’eau avant d’engager sa descente est indispensable. C’est la première chose que je regarde en arrivant près de l’eau, pas vous ?
Mais savez-vous que le niveau d’eau peut varier au fil de votre descente ?

Descente canyon du Verdon
Canyon du Verdon

Avant d’entrer dans un cours d’eau étroit, tel un canyon, ou un torrent nous devons être en mesure de connaître :

L’évènement particulier lié au débit dont nous devons nous prévenir est une montée soudaine des eaux !

Se former et se renseigner afin de ne pas porter atteinte à sa sécurité ou celle d'autrui est donc très important !

Le débit, LA référence du niveau d’eau des parcours d’eau vive

Qu’est ce que le débit d’une rivière ?

Le débit d’un cours d’eau est la quantité d’eau qui s’écoule, en un point donnée, à un moment donné. Il s’exprime en mètres cubes par seconde (notées m3/s). Pour une meilleure représentation, imaginez une ligne qui traverse la rivière d’une rive à l’autre. Le débit est la quantité (en volume) d’eau qui franchie cette ligne par seconde.

Il existe plusieurs données de débit :

  • Le débit réel, celui qui est en cours actuellement au moment où vous voulez prendre le départ.
  • Les moyennes de débit regroupent les débits enregistrés au cours des jours, des mois et des années. Elles permettent de récupérer des données, d’en ressortir les périodes de navigation les plus propices, les périodes de crue ou d’étiage. Elles servent également de référence aux scientifiques pour des analyses comme celle du changement climatique.

Quelle correspondance avec mon parcours sportif ?

Le volume d’eau n’a réellement une signification que si nous le rapprochons des quatre autres caractéristiques d’un cours d’eau.

La pente, la sinuosité, la largeur entre les berges et l’encombrement sont des éléments a ajouter au débit d’eau . Les sports d’eau vive pratiqués dans des torrents, rivières ou canyon ont des classifications de parcours qui prends en compte l’ensemble de ces éléments.

Les 5 caractéristiques d'un cours d'eau

Sur les topo-guides des activités, le débit recommandé par parcours est généralement mentionné. Lisez attentivement les recommandations ! Vous pourrez les rapprocher des données récupérées en amont pour organiser votre sortie. Le cas échéant vous les comparerez le jour J au niveau d’eau présent.

Les variations des niveaux d’eau

Le débit peut avoir des variations de 2 ordres, naturel ou artificiel.

Les variations du débit naturel

Le débit d’un cours d’eau est sensible aux fluctuations saisonnières de pluviométrie et de température. Il est révélateur des régimes d’alimentation. Ces derniers au nombre de trois, pluvial, nival ou glaciaire, peuvent suivant les rivières s’additionner. Pour mettre en relation les précipitations et les débits d’un cours d’eau, il faut délimiter les surfaces qui contribuent à alimenter ce dernier. Le bassin versant regroupe toutes les surfaces qui contribuent à l’écoulement au niveau de la section de rivière appréciée.

Ainsi, en fonction du régime d’alimentation, des conditions météorologiques et du bassin, le débit d’un cours d’eau peut réellement évoluer au fil de la journée, des heures et même instantanément en cas de crue !

Les variations du débit artificiel

Les cours d’eau sont parfois régulés par des centrales hydroélectriques, mais leur débit est tout de même influencé par leur régime d’alimentation. Manuel ou automatique, des lâchers d’eau en fonction du niveau de remplissant du bassin de réserve sont courant. Il faut avoir en tête cette notion, car elle est très importante dans la pratique du cannyonning.

Les risques dans la pratique des sports d’eau vive

Les éléments présentés plus haut permettent de comprendre que les débits des cours d’eau fluctuent au cours de l’année. Il existe des « événements » particuliers, c’est-à-dire les moments où il est particulièrement fort, voir en crue. Ce qui est le plus a redouter est une montée soudaine des eaux !

Des risques inhérents à la pratique des sports d’eau vive

En temps que pratiquant, nous devons être conscient de ce risque. Il est indispensable de connaître l’ensemble des facteurs qui peuvent occasionner une montée des eaux, rappel :

  • Le régime nival et glaciaire : le niveau d’eau augmente en fin de journée et atteint son maximum en début de soirée.
  • Un fort orage sur un bassin versant à quelques km peut entrainer une crue soudaine dans le lit du canyon en aval.
  • Un lâcher automatique par une centrale hydroélectrique.
  • Le calme des zones de départ n’a rien de comparable aux effets de l’eau accélérée dans les gorges étroites et les goulottes.

Pour éviter d’être pris au piège, il faut savoir analyser et prendre en compte des facteurs essentiels :

La prise de risque

Gorges de Daluis risque de crue

Savoir lire les éléments, apprendre à s’écouter dans la pratique, avoir confiance en son instinct, c’est connaître ses limites. Savoir s’adapter aux milieux changeants et incertains, c’est aussi parfois savoir renoncer et faire demi tour. Dès lors, rien n’est plus important que de savoir interrompre sa pratique pour maintenir sa sécurité et son intégrité physique.

Renoncer n’est pas un échec mais plutôt un gage de bonne pratique !

Comment connaître le débit d’une rivière avant de s’engager ?

Le débit du cours d’eau est un facteur important de la difficulté d’un parcours. Lors de la préparation de la sortie, vous devez déjà vous poser des questions, comme :

  • Quel est le régime d’alimentation du cours d’eau visé ?
  • Quel est son alimentation à cette période ?
  • Quelle météo est-il annoncé ?

Mais il existe des outils permettant de connaitre les niveaux d’eau à distance mais aussi sur place.

Se renseigner à distance sur les niveaux d’eau

Les évolutions technologiques et malheureusement certains accidents ont permis de développer des systèmes d’alertes pour informer la population. En voici quelque-uns :

  • Webcam : Haute-Alpes,
  • Sites spécialisés : descente-canyon, eauxvives.org
  • Réseau Vigicrue : collecte en continue les niveaux d’eau et les débits des cours d’eau observés en temps réel sur près de 1700 points.
  • Vigilance météo
  • Limniphone, répondeur téléphonique automatique renseignant sur les lâchers d’eau éventuel et le débit prévu.
  • Renseignant auprès des clubs locaux ou de bases commerciales

Lecture du niveau d’eau sur place

Limnimètre, échelle couleur
Echelle Ardèche

Sur place, le dernier relevé possible reste le repérage visuel et la lecture des échelles, appelée limnimètre.

  • Degré de difficulté noté par couleur, comme sur l’Ardèche
  • Echelle avec une graduation numérique
  • Affiche digitale, comme sur le bassin d’eau vive de Bourg St Maurice

La lecture et l’interprétation du débit sur place permet de s’engager avec un niveau d’eau connu. Elle ne permet pas de prendre en compte l’ensemble des facteurs pouvant faire évoluer le débit sur la journée ou les heures à venir.

Veillez également à bien respecter les arrêtés préfectoraux mentionnés sur les panneaux d’information. Ainsi vous ne pourrez pas être pris au dépourvu lors de la pratique des sports d’eaux vives.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Recevez gratuitement les  " recommandations avant de partir en Sport Nature "