Affiche l'eau dans tous ses états

L’eau dans tous ses états : le cycle de l’eau

Le cycle de l’eau (ou cycle hydrologique) est un phénomène naturel qui représente le parcours entre les grands réservoirs d’eau aux états liquide, solide ou de vapeur d’eau sur Terre. Le « moteur » de ce cycle est l’énergie solaire qui, en favorisant l’évaporation de l’eau, entraîne tous les autres échanges entre les réservoirs.

« Rien ne se perdrien ne se créetout se transforme »

Lavoisier

Les flux entre les réservoirs

Le cycle de l'eau - schéma
Le cycle de l’eau – Infographie Surfrider Europe

L’eau est présente partout autour de nous sous des formes très variées, ainsi c’est toujours la même eau qui circule sans cesse entre la mer, la terre et l’atmosphère. Nous pouvons dire qu’elle est presque aussi ancienne que notre planète.

L’évaporation

Sous l’action des rayonnements du soleil, une partie de l’eau de mer s’évapore (1) pour rejoindre alors l’atmosphère sous forme de vapeur d’eau, les nuages (2). Ce passage progressif de l’état liquide à l’état gazeux dépend de plusieurs facteurs comme le vent, l’ensoleillement et la température.

Avec les vents, ces nuages arrivent au-dessus des continents où ils s’ajoutent à ceux déjà formés, apportant par la suite les précipitations.

Les précipitations

 Les précipitations (3) désignent tous les météores qui tombent dans une atmosphère et il peut s’agir de solides ou de liquides. Selon la composition et la température ce sera de la pluie, de la neige ou de la grêle. Cette quantité d’eau lors de sa chute, ne se réparti pas de manière homogène sur le globe :

Précipitation et évaporation
Précipitation – Évaporation
  • Les océans : une quantité d’eau équivalente au 7/9e tombe directement sur les océans.
  • Les continents : les 2/9e restant vont alimenter les continents par ruissellement.

Une quantité d’eau rejoint également rapidement l’atmosphère soit en s’évaporant directement, soit du fait de la transpiration des végétaux et animaux.

Le ruissellement

Le phénomène d’écoulement des eaux à la surface de la terre, notamment la surface des sols désigne en hydrologie le ruissellement.

Nous avons vu que sur les continents, l’eau de ruissellement provient des précipitations, de la fonte des neiges (4) principalement. L’intensité des précipitations favorise le ruissellement en proportion de l’insuffisance de l’infiltration et de la capacité de rétention (8) de la surface du sol.

L’infiltration

L’eau qui s’infiltre (7) dans le sol est stockée en partie dans des nappes (9). Elle finira un jour ou l’autre par retourner à la mer par le biais des cours d’eau (6) que ces nappes alimentent.

Plus le processus est lent, plus les eaux ont le temps d’interagir chimiquement avec le milieu qu’elles traversent. Au contraire, plus le processus est rapide et plus les phénomènes d’érosion seront marqués.

L’eau dans tous ses états

L’état physique de l’eau est conditionné par sa température.

L’eau à l’état liquide

Eau liquide
Eau liquide

L’état liquide de l’eau est la forme la plus répandue sur Terre, notamment dans les mers et océans (eau salée).
Seul ¼ de l’eau douce est liquide, essentiellement dans des eaux souterraines plus ou moins profondes et dans les eaux de surface, c’est-à-dire les lacs, fleuves et rivières.

On la trouve sous les formes suivantes :

  • La pluie : Il s’agit de gouttelettes d’eau provenant des nuages.
  • Les nuages : Ils sont formés par accumulation, dans les hauteurs de l’atmosphère, de minuscules gouttelettes d’eau. Les nuages les plus élevés sont constitués de cristaux de glace.
  • Le brouillard : il est constitué de minuscules gouttelettes d’eau en suspension dans l’air. Quand le brouillard est peu développé ou limité aux points les plus bas du relief, on parle de brume

L’eau à l’état solide

Les ¾ de l’eau douce sont stockés sous forme de glaciers ou sous forme de neige. Les calottes glaciaires des pôles Nord et Sud sont les plus grands réservoirs d’eau douce de la planète. Les glaciers représentent une masse si importante que s’ils fondaient, le niveau des mers remonterait de près de 200 mètres.

Eau solide : neige, glacier
Eau solide : neige, glacier

L’eau à l’état solide se trouve dans :

  • La neige : elle est constituée de minuscules cristaux de glace en forme d’étoile qui, en s’agglomérant, forment les flocons.
  • Le givre : il se forme par gel du brouillard.
  • La glace : elle résulte du gel de l’eau tombée au sol ou en rivière.
  • Les glaciers : ils sont dû au tassement, sous son propre poids, de la neige accumulée en haute montagne.

L’eau à l’état gazeux

La vapeur d’eau présente dans l’atmosphère est un gaz qui devient visible sous l’effet de la condensation.

Le cycle de l’eau sur les sports nature

Les flux de l’eau au cours de son cycle ont une grande influence sur la pratique de nos activités de pleine nature.

L’eau, terrain de jeu

Eau terrain de jeu

L’eau est un milieu extraordinaire pour l’ensemble des sports aquatiques, torrents, rivières, lacs et mers. De plus, il offre une diversité dans la nature des activités aquatiques.

Le grand cycle de l’eau élargi la pratique de nos activités de pleine nature à l’ensemble des pratiques et en particulier au milieu enneigé, que nous aborderons plus tard.

L’eau source de dangers

Eau - crue
Crue

Les différents états de l’eau, qu’elle soit liquide, solide ou gazeuse, sont malheureusement sources de danger dans la pratique quotidienne des activités de pleine nature quelles qu’elles soient tel une montée des eaux soudaine, où la chute de neige fraîche accentuant le risque d’avalanche.

Les aménagements des territoires, tels les routes, barrages, retenues diverses, murs ne font qu’accentuer la force de l’eau lorsque cette dernière commence à se déchainer


Je vous propose une vidéo qui nous explique très bien le cycle de l’eau dans le temps.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Recevez gratuitement les  " recommandations avant de partir en Sport Nature "